Pour Monsieur

Prendre sa place de père, oui mais laquelle ?

 Aujourd’hui, le futur Papa participe de plus en plus souvent aux différents évènements précédant la naissance de son enfant. Sans être toujours « accueilli » en salle de naissance, sa place aux cotés de sa compagne qui accouche n’est plus contestée. Après la naissance, sa présence est même indispensable dès le retour à la maison.

La parentalité et la parité ne vont pas bien ensemble car les rôles des parents sont complémentaires et pas interchangeables.

Pendant la grossesse, à l’accouchement et après la naissance,
que se passe-t-il pour Monsieur ?

« La grossesse de Monsieur »:

Doit-il suivre la préparation à la naissance ?

Pour les pères, la préparation à la naissance n’est pas un exercice aussi évident qu’il y paraît .
Devenir père et être le soutien de leur compagne au moment de l’accouchement sont deux choses différentes.
Quelque soit le désir de participer aux différentes étapes de la maternité, le père occupe une place particulière. Pendant la grossesse, il assiste avec plus ou moins d’assiduité aux consultations médicales et aux échographies. Voir son bébé sur un écran est toujours un événement marquant pour les parents et pour les pères en particulier donnant une réalité visuelle à quelque chose d’abstrait.
Les entretiens d’accompagnement de la femme enceinte ne sont pas toujours adaptés aux pères qui restent plus spectateurs qu’acteurs.

En ce qui concerne la préparation à l’accouchement, il semble plus utile de prévoir une séance réservée aux pères et qu’ils soient informés par Madame de ses séances de préparation.

En revanche, pour la préparation à la naissance, Monsieur est le bienvenu.

Couvade ; parfois le corps parle :

Pendant la grossesse, certains hommes font une « couvade » ; manifestations somatiques sans gravité qui survient en miroir à la grossesse visible de leur compagne.
Ce peut être une prise de poids ou de petits ennuis de santé bénins. D’autres au contraire affichent un silence pesant sur le sujet, voire une indifférence marquée comme s’ils attendaient la naissance pour se manifester.
D’autres sont extrêmement occupés professionnellement ou au contraire tout à fait démotivés.
Bref, les futurs pères, sont tous concernés mais ne l’expriment pas de la même manière…

Le jour J :

Pas facile de se sentir impuissant
quand c’est elle qui accouche.

Pour se rendre à la maternité, en voiture ou à pieds, pas d’affolement, vous avez le temps, surtout pour un premier enfant. Pour rester avec Madame, éviter de prendre votre voiture.
Même s’ils sont rares, certains chauffeurs de taxi refusent parfois de charger une femme enceinte en travail. Attendez donc d’être assis dans le véhicule pour donner l’adresse de la maternité.

Si vous choisissez votre voiture, prévoyez le stationnement et ne gardez avec vous que l’essentiel. (carte de Sécurité sociale et mutuelle, livret de famille et déclaration anticipée, documents médicaux, une tenue confortable pour Madame, les premiers vêtements du bébé, un vaporisateur d’eau minérale). Armez-vous de patience car l’accouchement est une affaire de temps.

Une fois installés en salle de naissance, votre femme est prise en charge par l’équipe médicale et commence pour vous la longue attente.
Sachez Messieurs que vous allez peut-être voir votre femme sous un jour inhabituel. Une femme « en travail » traverse des moments difficiles à partager.
N’hésitez pas à aller prendre l’air, à vous restaurer car le temps ne s’écoule pas de la même manière pour vous que pour elle.
Le Rythme Cardiaque Fœtal s’enregistre sur le monitoring ainsi que la courbe des contractions et le papier se déroule sur une distance qui paraît infinie.

Enfin, après une série d’efforts de poussée, votre enfant montre sa tête et le voilà sur le ventre de sa mère. Ensuite vous suivez la sage-femme qui emmène le nouveau-né pour ses soins pendant qu’on s’occupe de sa Maman et c’est le début de la grande aventure.

Quand l’enfant est né:

Mais comment faire pour être à la fois le compagnon prévenant, le soutien solide et rassurant et le père en devenir que ce nouveau statut inquiète malgré tout ?

Historiquement, seules les mères s’occupaient de l’enfant nouveau-né. Ce maternage n’a pas grand chose à voir avec l’instinct. Il s’agit essentiellement d’un savoir-faire transmis de génération en génération.
Le paternage est plus récent.
Un homme qui donne des soins à un nouveau-né ne s’y prend pas de la même manière qu’une femme. Cette dernière a tendance à dire à son conjoint : « regarde, tu fais comme moi » car bien sûr, elle pense qu’elle s’occupe de son enfant de la meilleure manière possible.
C’est vrai pour elle. Ce n’est pas vrai pour lui.
Un homme ne s’occupe pas d’un bébé de la même manière que le fait une femme. Regardez dans la rue, les hommes portent leur enfant en le présentant au monde, face à la marche, les femmes dans l’autre sens, dans une position de protection. Changer une couche, donner le bain, endormir le chérubin, autant de soins qui ne sont pas donnés de la même façon.
Les mères ont des références culturelles nombreuses et variées. Les pères n’ont pas la même diversité de » re-pères ».
Rares sont les hommes aujourd’hui qui ont été paternés par leur propre père dès la naissance.
Laissons donc ces nouveaux pères découvrir tranquillement comment s’y prendre car il faut du temps pour devenir Papa.

La déclaration et la reconnaissance:

Dans les grandes maternités parisiennes, l’officier d’état civil se déplace dans les chambres des mères. Pour les autres, Monsieur doit aller à la Mairie du lieu de l’accouchement.
Si le couple n’a pas de livret de famille, il faut le demander à la naissance du premier enfant.

Le retour à la maison :

Après deux à trois jours passés à la maternité, la nouvelle famille va s’installer. A ce stade, souvent, tout va mal ; les seins sont gonflés et sensibles, l’épisiotomie douloureuse, le blues s’annonce et la fatigue se fait sentir après les premières nuits sans sommeil.

Votre soutien alors, Messieurs les Papas, est essentiel.
Les législateurs l’ont bien compris qui vous ont permis de prendre votre congé de paternité :11 jours ouvrables à prendre dans les trois mois qui suivent la naissance. L’employeur doit être prévenu et signifier son accord.

En terme de relation avec ce bébé inconnu qui vient de naître, noter que les pères ont six mois de décalage. En effet, votre femme  sent bouger depuis 3 mois le foetus dans son ventre et vous ne percevez  la présence de votre enfant qu’indirectement. Pendant la première année, cette différence va s’estomper mais elle va demeurer encore et vous pourrez vous sentir exclus de cette relation fusionnelle qui va persister entre l’enfant et sa mère  environ 40 jours.

Le père organise les visites :

Votre compagne va devoir concilier trois rythmes de vie différents ; celui du bébé qui commence à s’adapter, le sien que l’accouchement a modifié et le votre. Autant dire que ce n’est pas facile.
C’est pourquoi vous pouvez demander aux proches qui veulent venir vous rendre visite de s’annoncer sur un horaire défini afin que la Maman sache à quel moment elle pourra être tranquille. Trouver du temps pour s’occuper de soi est indispensable car votre enfant a besoin de parents qui vont bien .

Le père, un tiers indispensable :

S’il faut au moins neuf mois pour devenir mère, il en faut tout autant pour redevenir cette nouvelle femme qui assume les deux rôles.

Pour un homme, devenir père est un processus différent voire plus complexe car sans modification corporelle. C’est la présence du père dans la relation triangulaire qui permet à la mère de se reconnaître comme une femme et pas uniquement comme une mère.
Il faut parfois du temps pour que s’installe dans la famille un nouvel équilibre. La reprise de la sexualité du couple, la contraception, le retour à la vie active sont autant d’étapes importantes qui demandent de la disponibilité, du temps et des paroles pour élaborer de nouveaux projets de vie.

La maternité est une période à haut risque pour les couples. Penser dès la fin de la grossesse à s’aménager du temps à deux, pour que le couple se retrouve hors de la maison et de la présence de l’enfant est important car confier son tout petit pour s’offrir un peu de liberté est une deuxième séparation qui exige que la confiance s’est installée, que la parentalité est une réalité intime.

Futur père à l’hôpital, Papa à la Maison, Homme au travail :

La paternité est un processus qui articule des fonctions et des relations différentes dans le vécu personnel et dans les relations sociales.
Attention, il n’y a pas de comportement idéal, à chacun de trouver sa place et sa manière de passer d’un rôle à un autre.
Notre société évolue et la fonction parentale aujourd’hui n’est plus tout à fait la même que celle des grands-parents.

La Sécurité Sociale prend en charge 8 séances de préparation à l’accouchement pour la femme enceinte.
Cet accompagnement n’est pratiquement plus dispensé au sein des maternités et quand il est maintenu, il s’agit  d’une information sur le fonctionnement du service.
Un véritable accompagnement se fait le plus souvent au cabinet des sage-femmes libérales qui adaptent leur pratique et intègrent les futurs Pères, même si le remboursement n’est pas encore prévus pour les hommes.

Profitez-en !

 

Catherine Claire Greiner